CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Chercher
  • Suivez-nous !
  • Extrait de CPU release Ex0021 : Messagerie.

    Twittos et SMS

    D’Albertine à Marcel

    ― Longtemps, je me suis couché de bonne heure
    ― whs, T ps LV a c’heure ?

    De Albert, à un étranger

    ― Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.
    ― yolo !

    De Raymond à la petite Zazie

    ― Mais doukipudontan ?
    ― Cesses immédiatement de t’exprimer en langage SMS, tout celà frise l’abstrus !

    De Vladimir à sa copine

    ― Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta : le bout de la langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo. Li. Ta.
    ― J’M ! Tu vi1 2m1 ?

    De Montesquieu à une personne (ou une Persane, c’est mal écrit)

    ― Nous n'avons séjourné qu'un jour à Com.
    ― Pk ? Pas RBNB ?

    De Louis-Ferdinand à Destouches

    ― Ca a débuté comme ça
    ― Mek T relou, Komen Komssa

    Une amie à Anne-Louise de Stael

    ― Rdv resto 2m1 pr teuf avk mon Mek ?
    ― Je serai trop heureuse, ma chère cousine, si je puis contribuer à votre mariage avec M. de Mondoville ; les liens du sang qui nous unissent me donnent le droit de vous servir, et je le réclame avec instance

    Sur Skype

    A propos d’un fameux mot qui fût lâché, sans le mâcher, heureusement

    ― Rends-toi, Cambronne !
    ― La garde meurt mais ne se rend pas !

    Entendu à Samos (ou à Alexandrie)

    ― Euréka !
    ― Attention, elle est très tiède

    Dans le train Nevers-Hiroshima

    ― Qui est tu ? Tu me tues. Tu me fais du bien.
    ― Boum !

    Entre le petit Liré et le mont Palatin

    ― Veni, vidi, vici
    ― @Cesar #WTF !!

    Quai Saint Bernard, Paris

    ― In vino veritas
    ― Déjà l’heure de l’apéro, Nicolas ?

    D’ un Capitaine à un Général

    ― Mort aux cons !
    ― Vaste programme…

    Journal de 20H, le 5 aout 850 avant JC

    ― De notre envoyé spécial qui prend Racine à Illium
    ― Figure-toi Pyrrhus, les yeux étincelants
    Entrant à la lueur de nos palais brûlants,
    Sur tous mes frères morts se faisant un passage,
    Et de sang tout couvert échauffant le carnage.
    Songe au cri des vainqueurs, songe aux cris des mourants,
    Dans la flamme étouffés, sous le fer expirants.

    A vous les studios !

    Auteur : Marc Olanié
    Illustration graphique : réinterprétation de l'icône bureau de Yahoo! Messenger, redessinée pour une plus haute résolution, D.R.

    Pièces jointes

    Aucun commentaire

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

    Haut de page