CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Mots-clés
  • Chercher
  • Extrait de CPU release Ex0050 : Entreprendre au féminin.

    Un point de vocabulaire important est à faire sur ce dossier. Un exemple parfait de la goujaterie souvent involontaire mais tellement naturelle dans notre société : le mansplaining.

    Le mansplaining est un jeu de mot anglophone entre man (homme) et splaining qui est un terme argotique dans les milieux scientifiques quand quelqu'un explique un élément d'un ton condescendant. Ce terme est employé dans le cas où un homme coupe la parole à une femme, en faisant la supposition qu'il maîtrise bien mieux le sujet en question que son interlocutrice. Il consiste donc à expliquer, avec le ton le plus bienveillant et pédagogue possible, un sujet à une femme qui devait sûrement ne demander que cela puisqu'elle n'osait pas le faire ou le penser.

    Ce qui entraîne des situations très gênantes où l'homme explique à la femme un article technique que ladite femme a rédigé.

    Le mansplaining est donc une pratique issue de la tradition du patriarcat.
    Un des arguments régulièrement avancé pour la justification du mansplaining porte sur le postulat non démontré qu'une femme a un plus petit cerveau, donc des capacités cognitives moindres que celles d'un homme.
    Ce qui, selon le député européen polonais conservateur Janusz Korwin-Mikke, justifie qu'une femme à poste et compétences équivalents n'a pas à être payé au même salaire qu'un homme. En cela, il démontre cette différence de niveau intellectuel avec le dernier classement des meilleurs joueurs d'échecs, puisqu'aucune femme n'est classée dans les 100 premières places, et qui se révèle malheureusement vrai.

    Mais peut-être que celle démonstration met en lumière une autre causalité :
    Est-ce justement le mansplaining et les attitudes du même acabit qui découragent les femmes à postuler ?

    Et là, nous arrivons à une situation inverse où, par exemple, des postes sont réservés aux femmes pour acquérir une certaines diversité dans l'entreprise. Nous avons alors une discrimination positive qui peut mettre tout autant un malaise envers les femmes élues, car il y aura toujours ce soupçon d'une réussite non pas par ses acquis, mais par une bienveillance qu'elles n'ont jamais demandée.

    Un peu comme le mansplaining.

    Photo : Femmes du digital, CC Rick Dikeman

    Annexes

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

    Haut de page