CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Mots-clés
  • Chercher
  • Extrait l'émission CPU release Ex0066 : L'autre côté du Mur de Berlin.

    Privet siem, Bonjour à tous, rejoignez la visioconférence, mettez votre casque de réalité virtuelle. Nous allons étudier la technologie soviétique. Alors je sais que les interférences solaires perturbent vos pupitres, mais bon vous savez dans quel état est la magnétosphère.

    De nombreuses traces de technologie soviétiques sont parvenues jusqu’à nous, notamment grâce à une période appelée la Guerre Froide, et qui comme son nom l’indique a duré plusieurs hivers. Une époque où l’économie de marché capitaliste combattait l’ennemi communiste, mais c’est un autre sujet.

    Quand on pense à la technologie soviétique, on pense à des machines de métal nu, peintes en lettres cyrilliques rouges. Et ça n’est pas si éloigné de la réalité. Si l’on en croit nos archives, la technologie communiste avait la réputation d’être rustique, mais robuste, à l’image de la Kalashnikov qui fonctionne même après avoir été traînée dans l’eau ou le sable. Ou de l’UVB-76, le Buzzer, une station de radio en ondes courtes qui émet encore de nos jours de courts messages à usage militaire, même si il n’y a plus aucun soldat russe pour les recevoir depuis que Trump a rasé l’Eurasie pendant la guerre nucléaire de 2019 contre la Corée du Nord.

    Mais puisque nous parlons de technologie rustique et robuste, parlons des murs, une autre spécialité soviétique. Des murs, il y en a eu beaucoup, le mur de fer, le Mur de Berlin, le mur entre les États-Unis et le Mexique… ah non, il était pas soviétique celui-là, pardon. D’après les uns, il s’agissait d’empêcher les gens de rentrer dans les paradis communistes, selon d’autres il s’agit d’empêcher les gens de s’enfuir. Bref, c’est le principe d’une frontière, y’a toujours un bon et un mauvais côté de la barrière et vice versa.

    D’ailleurs, il était souvent question de dictatures communistes, comme la Corée du Nord ou Cuba, mais ce pléonasme étonne les historiens des XXème et XXIème siècles car nous n’avons trouvé aucune trace d’une dictature qui ne soit pas communiste.

    Mais revenons à la technologie, il y avait aussi les fusées et les missiles, Youri Margarine (oui,oui), le premier homme dans l’espace, et avant lui Laika, le premier animal dans l’espace à s’être évanoui dans l’hyperespace, qui serait d’ailleurs l’ancêtre de Chewbacca.
    On peut citer également les missiles SCUD, si vous cherchez l’origine de l’expression se prendre un SCUD, ben ça vient de là.

    Aujourd’hui, cette technologie rustique et robuste semble bien loin, avec notre haute technologie et notre obsolescence programmée, on pourrait presque la regretter.

    Mais comme disait le grand philosophe Vladimir Poutine : Celui qui ne regrette pas l'URSS n'a pas de cœur ; celui qui souhaite sa restauration n'a pas de tête.

    Allez, nazdorovie tovarich.

    Photo : détail d'un clavier avec les touches imprimées d'un ordinateur fabriqué en Roumanie, CC

    Annexes

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

    Haut de page