CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Chercher
  • Suivez-nous !
  • Extrait de l'émission CPU release Ex0088 : Apprendre le numérique.
    Une captation vidéo par Ça Fait Écho est disponible

    Chers élèves, vous le savez, cette université Alain Minc est un haut lieu de l’Éducation.
    Depuis des siècles, nous vous transmettons le savoir acquis par vos aînés et sur nos ancêtres les humains de l’anthropocène. Nos nouveaux locaux sur cette base lunaire doit représenter un pas, une nouvelle étape dans la diffusion du savoir.

    À ce sujet, une question se pose : Comment nos ancêtres enseignaient-ils ? Par quel moyen transmettaient-ils la connaissance ?
    L’enseignement à l’époque des grecs se faisait uniquement à l’oral, comme par exemple chez Platon. Les élèves se rassemblaient en cercle en plein air et écoutaient le maître parler, un peu comme un meeting de gauche à Nuit Debout. Ils discutaient alors géométrie, mathématiques, philosophie, à une époque où l’on avait pas arbitrairement assigné les gens comme étant exclusivement scientifiques ou littéraires.
    Cela nous semble stupide à nous qui en 2030 devons maîtriser la physique quantique et la philosophie pour entrer au collège, mais nos ancêtres n’avait pas encore la mission d’aller combattre les rebelles martiens ayant pris le contrôle de la ville Space X et du spatioport Elon Musk.

    A propos de littérature, Platon considérait justement l’enseignement écrit comme une erreur terrible. Ce que les moines du Moyen-Âge mirent à profit pour rédiger leur enseignement et le répandre à travers le pays. Certains écrits mentionnent que Charlemagne serait l’inventeur de l’école, pourtant ces mentions n’apparaissent qu’au ⅩⅨème siècle ce qui pose beaucoup de problème à notre équipe d’analyse historique.

    Ainsi de tout temps, l’éducation s’est érigée en bouclier du vrai savoir face à la décadence moderne.
    L’écrit a remplacé l’oral, les tablettes et smartphone ont remplacé, non sans mal car le Ministre de l’Éducation de l’époque, Jean-Michel Blanquette, voulait revenir à l’uniforme et au porte plume.

    Car l’Éducation fut de tout temps éminemment politique, flirtant avec la propagande, donnant l’illusion du choix, réduisant l’esprit critique ou parfois mettant à mal la méthode scientifique.

    Ainsi on a pu voir à travers les âges une perversion politique ou religieuse de l’enseignement.
    D’abord, l’éducation était patriote. Dans chaque pays on vous apprenait que votre pays est la meilleure démocratie du monde, que les pays extérieurs sont barbares puis on vous inculque le mythe national à base de personnages semi-légendaires et d’empereurs bienveillants. Dans certains pays comme les États-Unis, le Créationnisme fut enseigné de manière égale avec la théorie de l’Évolution, en France, les Université avaient le droit d’enseigner l’homéopathie à des futurs médecins et pharmaciens.

    Enseigner le Créationnisme, l’Homéopathie, et pourquoi pas la Terre plate avec son dôme infranchissable ?
    Hein, regardez par la fenêtre, elle vous paraît plate la Terre vue d’ici ?

    Chers élèves l’éducation sera toujours une question de choix politiques et sociétaux, mais il appartient à vous de faire la part des choses. Pour jeudi vous ferez des recherches sur les ressemblances entre les jeux du cirque à Rome et les émissions de télé réalité.

    Bonne semaine à tous.

    Auteur : Solarus
    Photo : © La Compagnie du Code, avec leur aimable autorisation, détail.

    Pièces jointes

    Aucun commentaire

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées. Votre e-mail ne sera pas affiché.

    Haut de page