CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Chercher
  • Suivez-nous !
  • Extrait de l'émission CPU release Ex0093 : Histoires de la cryptographie, 3ème partie : Des espions et des ondes.

    La Seconde Guerre Mondiale démontra l'importance de l'interception des communications, aussi surnommé COMINT (Communications Intelligence), un secteur du renseignement qui était jusque là très peu usité par les États-Unis.

    Mais à la sortie du conflit, les efforts restaient dispersés entre différents corps d'armées américains ; entre bureaucratie et guéguerres d'influences, les relations n'étaient pas forcément cordiales entre l'armée de terre (L'Army) et la Navy. En 1947, l'Air Force mis en place son propre service d'écoute et de décryptage. Une jalousie galonnée, beaucoup de doublons, des efforts mal coordonnés… Un gâchis qui arrivera très vite à un fail majeur au début de la guerre de Corée : Aucun de ces 3 services n'avait les ressources pour analyser du coréen.
    Le président Harry Truman prit les mesures qui s'imposent : un ordre Présidentiel d'Octobre 1952 classé Secret Défense crée un service regroupant les 3 autres, indépendant de la hiérarchie des corps d'armées, mais toujours sous la tutelle du Ministère de la Défense.

    Ainsi Naquit : La NSA, la National Security Agency

    La NSA n'existait officiellement pas. No Such Agency répondaient les officiels aux journalistes à Washington… Par rapport à la CIA qui existe officiellement jusqu'à s'afficher au cinéma, la NSA fut totalement taboue jusqu'à sa reconnaissance officielle en 1957… en catimini… Une discrétion qui tiendra encore 20 ans.

    Contrairement à la CIA qui a un rôle d'analyse stratégique et politique, la NSA a plus un rôle sur le plan technique et mathématique. La rumeur prétend qu'elle est l'organisme qui emploie le plus de mathématiciens au monde, hors universités.

    Principalement orientée sur le renseignement électronique, l'agence se concentra sur les transmissions hertziennes, soient terrestres soit par satellite, mais très vite elle tenta de mettre sur écoute les câbles télécoms sous-marins. Elle n'a qu'une seule limite de par la Constitution : l'interdiction absolue d'écouter les conversations ayant lieu sur le territoire américain ou entre citoyens américains.

    L'aura de la NSA sera très fumeuse à cause de son mélange des genres : ayant à la fois un rôle de service de décryptage, de cassage des codes et un rôle de consolidation des chiffres des administrations et entreprises américaines. Mais laquelle de ces missions a priorité sur l'autre ?
    Une double responsabilité qui pollue la confiance envers ce service secret, et qui ne date pas d'hier ; on peut la remonter à la présidence de Richard Nixon. La NSA a été auditée par la chambre des députés et le Sénat américain durant les années 1970s. Mais la classification secret-défense fait que les auditions n'ont jamais été réellement approfondies. No Such Answering. Néanmoins, elles rendirent publiques l'existence de l'agence.

    Un exemple concret du double rôle occulte de la NSA est la compromission des machines à chiffrer produites par Crypto AG, une entreprise suisse réputée qui équipait de nombreux gouvernements dans les années 1980s. Une autre question se pose quant à ses liens historiques avec AT&T, le monopole téléphonique à cette époque. En 2006, la révélation de la salle 641A dans le nodal AT&T de San Francisco, un des centres d'écoutes implantés par l'opérateur au sein de son réseau pour la NSA, prouva que l'interdiction d'espionner le territoire sacré des États-Unis était violé de longue date. Nous avons d'autres exemples récents, mais nous en parlerons plus tard.

    Le centre principal de l'agence est au fort George Meade, dans le Maryland, plus divers services d'interceptions et d'immenses datacenters à travers le monde. Son effectif serait actuellement d'environ 30 000 personnes, et un budget annuel là aussi estimé, puisque l'info est secret défense, à plus de 10 milliards $.
    C'est la taille des datacenters qui interceptent quasiment tout le traffic internet qui force le respect : ils sont si énormes qu'ils auraient vu en premier des phénomènes comme des pluies intra-datacenter, des éclairs entre baies, des mouvements de marée de baies… avant que Google, Amazon et Facebook y soient confrontés. No Such Achievement.

    La NSA a un musée de renommée internationale, le National Cryptologic Museum où on peut admirer des gadgets de la franchise « James Bond », enfin, des props, mais aussi des engins plus sérieux comme La Choôôôôose de Moscou (The Thing).

    Si vous voulez envoyer votre CV à la NSA, vous pouvez le faire sur le site intelligencecareers.gov/nsa/, mais sachez que la citoyenneté américaine est obligatoire.

    Texte : DaScritch
    Illustration : Sceau officiel de la NSA, government copyright, domaine public.

    Pièces jointes

    Aucun commentaire

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

    Haut de page