CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Chercher
  • Suivez-nous !
  • Extrait de l'émission CPU release Ex0093 : Histoires de la cryptographie, 3ème partie : Des espions et des ondes.

    Dans le métier d'espion, pour que sa couverture tienne le plus longtemps, il est impératif de paraitre le moins suspect possible. Un bon espion sachant espionner doit pouvoir communiquer en toute discrétion avec sa hiérarchie.

    Il existe des technologies de dissimulation comme le petit papier glissé dans une anfractuosité d'un mur, mais la portée de transmission de ce dernier est très réduite. Alors comment recevoir des ordres quand on est infiltré plusieurs centaines de kilomètres à l'intérieur d'un territoire hostile ?
    Je vous le demande…

    Avec un poste.
    Rien n'est plus anodin qu'un récepteur de radio.
    Il suffit pour l'espion de se mettre sur une gamme d'onde à très longue portée (en ondes courtes ou les grandes ondes) et d'écouter une fréquence très précise à une heure convenue. Ben oui, l'idée d'une fréquence secrète proposée aux militaires par Marconi n'était pas si idiote que ça.

    Tout le monde connait les messages Les Français parlent aux Français, diffusés par la BéBéCé vers l'Europe continentale. Le message Les sanglots longs des violons de l'automne avait une signification différente selon chaque mouvement de la résistance, à savoir les opérations à effectuer, sans forcément savoir que le débarquement aura lieu en Normandie. La technique est d'associer une phrase à une action. Vous n'imaginez pas le gain incroyable de bande passante si un seul message enchaine des actions totalement décorrelées…

    Bon, évidemment, ce genre de message a plusieurs inconvénients :

    • N'avoir qu'un nombre de messages prédéfinis,
    • Ne pas pouvoir improviser un message,
    • Reconnaitre la voix de celui qui les prononce et donc risquer sa vie même dans son propre pays.

    Rien que pour les deux premiers points, il fallait un système plus souple, un vrai chiffrement.
    Mais il est hors de question pour les espions de trimbaler une machine à chiffrer professionnelle quand on est censé être curé ou agent de voyage. Se prétendre collectionneur de machines Enigma allumerait instantanément tous les signaux d'alarme… De ce que l'on sait, la technique du crayon et du pad jetable avec une grille-clé par jour fut la plus utilisée jusqu'à très récemment.
    En général sous la forme d'un petit livre avec une grille de chiffres, lequel peut aisément se camoufler dans une revue de mots-croisés, (ou sudoku pour les plus modernes).

    Quand à la voix qui y parlait, elle sortait souvent d'un montage électronique jouant des samples de chiffres désincarnés.

    Il est très difficile de dater exactement l'apparition des stations radios ne diffusant que des chiffres, les fameuses number station… Leur faible niveau d'émission, les astuces pour se coller discrètement à des fréquences de puissantes radio commerciales font que leur audition est souvent difficile, et leur audience jamais mesurée. On se demande pourquoi.

    D'une manière assez amusante, les voix désincarnées des number stations ont parfois un accent, et même… un jingle sonore qui donnait le nom à ces radios. Ainsi « The Lincolnshire Poacher », tire son nom du thème musical ; cette station qui émettait depuis Chypre des années 1970s jusqu'en 2008, aurait été opérée par les britanniques du MI6

    Des radios amateurs se piquent assez vite de découvrir, répertorier et localiser ces émetteurs.
    En 1997, Akin Fernandez compile et publie ses enregistrements de number stations, sous le nom de « The Conet Project ». Le boitier de 4 CDs et devenu culte chez des collectionneurs de sons occultes. La compilation est désormais disponible en ligne, et c'est elle qui nous sert à illustrer cette chronique.

    Les messages des number stations peuvent dire quelque chose. Ou peuvent n'avoir strictement aucune signification et servent juste à embrouiller et à faire perdre du temps aux auditeurs hostiles qui tenteront de décrypter un message inexistant.
    L'espionnage est une guerre dans un théâtre d'ombres, on a vite fait d'en poursuivre une…

    Texte : DaScritch
    Illustration : capture d'une vidéo youtube démontrant une machine Est-Allemande émettrice de station de chiffre , D.R.

    Pièces jointes

    Aucun commentaire

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

    Haut de page