CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Mots-clés
  • Chercher
  • Extrait l'émission CPU release Ex0061 : Casseurs de briques.

    D'après le texte Générations casseurs : Bolo

    En 1987, Meinoff Schneider sorti un jeu prévu pour l'Atari ST équipé d'un écran monochrome, configuration bureautique plutôt rare. Mais il fit événement pour d'autres raisons.
    Le jeu Bolo s'introduit avec une pompeuse musique de Richard Strauss, un Ainsi parlait Zaratrusta immondement numérisée, même pour un Atari ST...

    Mais Bolo marquera ceux qui s'y sont frottés, comme un casse-brique étonnant, qui introduit de façon “réaliste” les notions de gravité (allant de l'apesanteur au trou-noir), d'élasticité et d'électromagnétisme. Oui, putot que reproduire de bêtes chocs avec des amortis nuls, nous avions plusieurs lois de la physique qui sont rendus d'une manière plutôt convaincante et maligne.

    La batte de jeu était libre de se déplacer dans tout l'écran, sortant de l'axe horizontal et exploitant à fond la souris, mais les murs de rebonds ne sont pas forcément présents sur les bords traditionnels, la balle risquait donc de sortir par n'importe quel côté. En frottant la batte contre des briques, le joueur pouvait magnétiser certaines parties du terrain pour modifier la trajectoire des balles, voire contrer la gravité. Les briques explosent littéralement en dispersant des débris mortels pour la batte, et les balles pouvaient se détripler, jusqu'à 27 simultanément présentes à l'écran. Joli exploit pour un ordinateur sans blitter (circuit graphique spécialisé) et dans un mode monochrome. Mais celui-ci, malgré ses 2 couleurs, permettait d'obtenir des graphismes très fins par sa haute résolution (640×400) et des trames très belles grâce à un moniteur de qualité.

    Particularité : il fut l'un des premiers jeu d'arcade-réflexion à ne pas avoir été écrit en langage assembleur, mais en Modula-2. La vitesse processeur sidérante de 8 MHz permettait d'utiliser des langages compilés, mais je parie que si on regarde le code source, une bonne partie est écrite en bon vieil assembleur Motorola 68000.

    Ce jeu absolument incroyable restera très confidentiel : édité par Application Systems Heidelberg Software GmbH, un petit label indépendant allemand, Bolo demandait une configuration plus proche de la bureautique que du familial ; les moniteurs monochromes pour ST étaient incompatibles avec les modes couleurs pour téléviseurs, et jouer sur une télé faisait beaucoup perdre en finesse de jeu. C'était plutôt osé d'utiliser un mode graphique noir et blanc sur une machine où l'on vantait ses 512 nuances de couleurs, il n'avait pas vraiment la chance de s'imposer. Mais ceux qui y jouèrent en gardent un souvenir, d'un jeu assez difficile mais très inventif, demandant beaucoup d'astuce pour résoudre la centaine de tableaux.
    Pour les curieux, s'ils pensent pouvoir le faire fonctionner normalement, le jeu a été adapté par son auteur sur Mac et PC (MS-Dos) en 1994.

    Il existe un projet de construire un clone moderne de ce jeu fabuleux, RemBolo, mais nous n'avons aucune nouvelle depuis 2015. Peut-être qu'il est temps que quelqu'un relance ce jeu mythique ?

    Illustration : Capture d'écran par Theodor Lauppert, D.R.
    Fond sonore : gameplay, D.R.

    Annexes

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

    Haut de page