CPU ⬜ Carré Petit Utile

  • Programmes
  • Interviewes
  • Chroniques
  • Chercher
  • Suivez-nous !
  • Extrait de l'émission CPU release Ex0090 : Thomson, un Plan Informatique Pour Tous.

    Avant l'environnement Scratch, il y eu Logo, un univers mathématique où les enfants peuvent jouer en n'utilisant que des mots et des phrases. Ce langage est considéré comme une variation de LISP mais sans la profusion de parenthèses, il est naturellement lisible à haute-voix, donc facile à comprendre.

    Par exemple :

    to square
    repeat 4 [forward 50 right 90]
    end

    Ou pour reprendre sa version francisée :

    pour carré
    répéter 4  [avancer 50 tournedroite 90]
    fin

    Ben voilà, je viens d'écrire une fonction pour faire un tracé graphique. Avec la récursivité, je peux faire des courbes de Hilbert ou des Dragons de Sierpinski !

    Seymour Papert est le papa de ce langage informatique ; il venait de fonder un laboratoire au sein du MIT dédié à l'Intelligence Artificielle. Il imagina ce langage en 1966 avec deux collègues dans la société Bolt Beranek & Newman. Au même moment, dans le bureau à côté était en train de se mettre en place Arpanet, le réseau ancêtre d'internet.

    En 1970, après plusieurs implémentations de tests, Seymour Papert rejoint le MIT et fonde le laboratoire LOGO.

    Le Logo avait plein de fonctionnalités qui en faisait un langage très complet pour l'époque, mais ce que tout le monde en retint fut la tortue graphique qui laisse une trace du passage de son crayon. La tortue en question était un robot de table manipulant un crayon, ce qui avait une bien meilleure résolution que les terminaux graphiques de l'époque, et bien moins cher à acquérir !
    Néanmoins, la tortue fut vite dématérialisée quand les cartes vidéos permirent des résolutions assez fines.

    Pourtant, la puissance du Logo tenait plus dans la manière qu'il travaillait : un langage interprété, sans avoir à faire de manœuvres compliquées pour le lancer. Et surtout, des messages d'erreurs explicites, à une époque où ceux-ci étaient bien souvent cryptiques, référencées derrière des codes numériques.

    L'aura de son papa rendit le langage très populaire, adapté sur une multitude de plateformes, et principalement sur différents ordinateurs familiaux, dans une optique d'apprentissage.
    Et le Logo fut même considéré dans le plan Informatique Pour Tous comme plus simple à apprendre aux enfants, que le Basic qu'on trouvait par défaut. À tel point que nombre de jeunes collégiens ont programmé pour la première fois en logo sur un ordinateur Thomson TO7/70. Un des deux interpréteurs Logo pour ordinateur Thomson fut écrit par Daniel Glazman, à l'époque encore lycéen. Ce même Daniel Glazman coprésida aux destinées du langage CSS au sein du W3C pendant une dizaine d'années, et pendant ses conférences à Paris Web personne ne murmure tellement que sa parole n'est que sagesse.

    Mais la tortue, qui était l'innovation du langage Logo, a enterré sans le vouloir le Logo lui-même ! En proposant de base cette interface à l'aspect enfantin, le Logo est passé pour un langage à destination de l'apprentissage pour les enfants.
    Quel dommage ! Alors que ce langage est capable de manipuler des tableaux de données et des fichiers disques.

    Après le Logo, Seymour Papert a créé et a co-fondé le projet One Laptop Per Children.
    Il nous a quitté en 2016.

    De l'héritage du Logo, on retrouve les notions de tortue graphique dans le web moderne. Si vous faites du graphisme dans le web, vous utilisez surement le format SVG qui a une notation XML. ben la balise <path> utilise un langage de trace minimaliste, inspiré de la tortue graphique.

    Auteur : DaScritch
    Photo : le logo de l'émission, dessiné au stylo optique avec un programme one-liner en Basic, CC Dascritch.

    Pièces jointes

    Un commentaire

    Ajouter un commentaire

    Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

    Haut de page